Version étrange de « L’étranger » au théâtre de l’absurde

Version étrange de « L’étranger » au théâtre de l’absurde

Roland Léonard Qui n’a lu au sortir des classes secondaires « La peste» et « L’étranger » d’Albert Camus? Cette œuvre célèbre, « L’étranger», (1942) illustre en pleine guerre mondiale une vision de l’absurdité du monde. Elle met en relief la désuétude de certaines habitudes, lois et coutumes. A travers le comportement placide du héros Meursault, leur inanité rejaillit aux yeux du lecteur… Lire la suite sur Le Nouvelliste

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *